La Flemme empathique ou Flemme par empathie

Avez-vous déjà ressenti de la Flemme empathique ? Mais qu'est-ce que c'est au juste la Flemme empathique ou Flemme par empathie. Je ne sais pas réellement le définir ; ça s'apparente à « ne pas vouloir déranger » ou encore ça signifie ce que ça signifie : avoir la flemme à la place de quelqu'un.

Quelques exemples

Voici quelques mises en situation pour comprendre le principe :

La bouteille d'eau

Votre collègue passe à côté de vous et voit votre bouteille d'eau vide. Il va à la source remplir la sienne, à l'accueil, à trois portes d'ici dans une fontaine où il faut "plier" sa bouteille pour la remplir plus ou moins. Il vous interpelle et vous dit « Je te remplis ta bouteille ? ».

Vous ne lui avez rien demandé, ça fait une heure que vous n'avez pas forcément soif mais qu'à la réflexion un peu d'eau ne serait pas de refus.

Mais y a ce code à faire marcher, vous y êtes presque. Remplir une bouteille d'eau nécessiterait de se lever, d'ouvrir les portes, de peut-être se faire distraire au passage, de lutter avec la fontaine... bref... « la flemme », ça attendra ; et vous répondez seulement pour je ne sais quelle raison : « Non merci, ça ira ».

En réalité... vous avez probablement été frappé par la Flemme empathique ! Ça ne dérangeait absolument pas votre collègue de remplir la bouteille, sinon il ne l'aurait pas proposé. Vous, ça ne vous aurait rien coûté, vous aviez juste à continuer ce que vous faisiez. « J'ai pas envie de le déranger ». Ouais... Flemme empathique :)

La question à 10 sous

Vous exposez une question à quelqu'un dont vous n'avez pas la réponse. On sait jamais des fois qu'il sache. Au delà de ça, vous savez où trouver la réponse, mais il faut se déplacer quelque part par exemple pour l'obtenir, ou sortir son portable et —avec le réseau du coin— mettre 5 minutes à trouver une réponse qui sera, vu la nature particulière de la question, incomplète. Votre interlocuteur vous dit que justement il va à cet endroit demain pour une raison X, qu'ils ont surement la réponse et vous dit : « Je leur poserai la question pour toi, si tu veux ? ». Et là... probablement frappé par la Flemme empathique, vous répondez : « Non, c'est pas grave ne t'embête pas ». Quoi ?! Mais c'était qu'une simple question à poser.

Palier au problème

En fait on pourrait se dire que c'est dramatique... mais pas vraiment. Dans notre premier cas le collègue à juste à répondre : « Non, mais ça ne me dérange pas, sinon je n'aurai pas demandé » pour obtenir aisément un « Bon, puisque tu insistes ! » et dans notre second cas à dire « Je demanderai quand même car la réponse m'intéresse aussi ».

Si vous repérez des personnes souffrant de Flemme empathique : il est de votre devoir d'insister !

Attention aux faux-positif

Il ne faut cependant pas négliger le cas du faux-positif. Et oui, il est aussi possible que dans notre premier cas la personne ai répondu « Non merci, ça ira » seulement parce qu'elle avait presque corrigé l'erreur dans son algorithme et que son collègue vient de lui faire perdre 10 minutes en la coupant. On pourrait alors qualifier ça de « Psycopathie refoulé ». C'est vrai, il n'aura pourtant pas tué son collègue !